Chercher une information sur

Réservation Taxi

Adresse ou lieu de départ

Destination

Votre nom

Votre numéro de téléphone (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message
N'oubliez pas de préciser la date, l'heure de départ et le nombre de passagers. Veuillez indiquer le numéro de train ou de vol si accueil en gare/aéroport.

tel taxi 06.58.79.38.87
Réservation      taxiaeroportsparis@gmail.com
Taxi RUEIL MALMAISON (92500) | Uniquement sur réservation préalable

Taxi RUEIL MALMAISON (92500) : 06 58 79 38 87

Vous êtes à la recherche d’un Taxi à Rueil Malmaison, un seul numéro : 06 58 79 38 87.

Notre flotte de Taxi Rueil Malmaison est composée de véhicules spacieux, récents avec toute la sécurité et le confort auxquels  vous avez le droit.

Vous pouvez choisir entre un taxi berline, un taxi monospace ( Taxi 5 personnes), et un taxi van ( Taxi 6 personnes, Taxi 7 personnes).

Sur simple réservation préalable au 06 58 79 38 87, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, il y aura toujours un Taxi Rueil Malmaison pour vous !

Vous pouvez aussi le réserver en ligne en utilisant notre formulaire de réservation. Une réponse rapide vous sera fournie.

(Nos taxis sont des taxis parisiens qui ne peuvent travailler sur Rueil-Malmaison que sur réservation préalable).

Taxi Rueil Malmaison – Roissy Charles de Gaulle, Taxi Rueil Malmaison – Orly, Taxi Rueil Malmaison – gare de lyon, taxi Rueil Malmaison – gare du nord, Taxi Rueil Malmaison – gare montparnasse…

Info pratique :

Mairie de Rueil-Malmaison :

13 Boulevard du Maréchal Foch
01 47 32 65 65

Histoire de Rueil Malmaison :

Le territoire de Rueil est fréquenté depuis une période très ancienne : on a mis au jour, sur le site du Closeau, près de la Seine, une implantation datant du Mésolithique d’une peuplade azilienne (10 300 à 8 700 avant notre ère)5.

Initialement appelé Rotoialum ou Roialum, c’était un lieu de plaisir et de chasse des rois mérovingiens, du VIe siècle au VIIIe siècle.

Charles le Chauve, vers 870, donna ce domaine à l’abbaye de Saint-Denis. À la fin du XIIe siècle, les moines bénédictins construisirent une chapelle dédiée à saint Cucufa dans l’ancien bois Béranger qui deviendra après le XVIIIe siècle le bois de saint Cucufa.

En 1584 Antoine Ier de Portugal, en exil en France, habita Rueil et y posa la première pierre d’une église sur l’emplacement de l’ancienne qui tombait en ruine.

Lors de la Chevauchée d’Édouard III en 1346, Rueil a été brûlé par le Prince Noir.

En 1622, Christophe Perrot, un conseiller du Parlement de Paris, s’est construit un château sur le site appelé Malmaison

Les moines vendirent le domaine en 1635 au cardinal de Richelieu, qui s’installa au château du Val, construit pour Jean Moisset, financier sous Henri IV. C’est d’ailleurs Richelieu qui finança l’achèvement de l’église Saint-Pierre-Saint-Paul en faisant édifier sa façade par son architecte Lemercier.

À la mort du cardinal, en 1642, c’est sa nièce, la duchesse d’Aiguillon, qui en hérita. Le château fut un temps le refuge d’une partie de la cour, notamment Louis XIV, sa mère Anne d’Autriche et Mazarin, pendant la Fronde. C’est d’ailleurs là que fut signée la Paix de Rueil le 11 mars 1649.

En 1691, Madame de Maintenon loua une maison à Rueil pour y recevoir les enfants pauvres et leur donner un peu d’instruction, ce furent les prémices de l’institution qu’elle installa finalement à Saint-Cyr, plus près de Versailles.

En 1754, la construction de la caserne, en même temps que celles de Courbevoie et de Saint-Denis, et l’arrivée d’un régiment de gardes suisses à Rueil fit considérablement augmenter la population. La caserne de Rueil, construite par l’architecte Axel Guillaumot, est encore en activité, c’est d’ailleurs la seule qui subsiste sur les trois.

À la Révolution, le château, devenu propriété nationale, fut vendu en 1793, et ensuite acheté par le duc de Rivoli, prince d’Esling, maréchal Masséna.

À partir de la fin du XVIIIe siècle, le château de Malmaison accueillit Napoléon Bonaparte et sa femme Joséphine de Beauharnais. Propriétaire du château, Joséphine le fit réaménager par les architectes Percier et Fontaine. Pendant le Consulat, Napoléon y passa beaucoup de temps et c’est là que furent décidées par exemple la vente de la Louisiane ou l’institution de la Légion d’honneur.

En 1815, les Anglo Prussiens prirent Rueil et le pillèrent. Tandis que les Anglais dévastaient la Malmaison, les Prussiens entraient dans la propriété de Masséna, ravageaient le parc, dépouillaient le château de tous les objets faciles à transporter, et brisaient les meubles.

Quand ils divorcèrent, Joséphine resta à Malmaison, aimant beaucoup ce lieu, et fit construire des serres chaudes afin d’assouvir sa passion pour la botanique. C’est à Rueil qu’elle mourut et fut enterrée, dans l’église Saint-Pierre-Saint-Paul.

En 1866, la ville ayant grandi, il fut décidé la construction d’un nouvel hôtel de ville. C’est également à cette époque que Napoléon III fit restaurer, en partie sur sa cassette personnelle, l’église Saint-Pierre-Saint-Paul, abritant les tombeaux de ses mère et grand-mère, en piteux état.

Pendant le siège de Paris de 1870-1871, durant la guerre franco-allemande de 1870 Rueil et les villages alentours et le château de Buzenval, furent le théatre de Buzenval de plusieurs combats, en particuliers les 21 octobre 1870 puis 19 janvier 1871 lors des Première puis Seconde, batailles de Buzenval opposant les troupes françaises sorties de Paris et les soldats prussiens retranchés sur les hauteurs de Garches.

En 1899, un couple de mécènes américains, Monsieur et Madame Tuck, s’installèrent à Rueil au domaine de Vermont, et firent beaucoup pour la ville : construction d’un hôpital, d’écoles, aide au sauvetage de Bois Préau et du château de Malmaison.

À cette époque, Rueil est appréciée par les Parisiens pour ses guinguettes du bord de Seine, et ce depuis les années 1850, grâce notamment à la ligne de chemin de fer. La mode est également au canotage sur la Seine. Rueil est alors encore une ville de maraîchage, de vignoble et de blanchisseries.

Occupée par les Allemands en 1940, la ville est le théâtre, au fort du Mont-Valérien, d’exécutions de résistants par les Allemands. Elle est libérée le 19 août 1944.

En 1958, l’enseigne Goulet-Turpin ouvre le 1er supermarché français, au 64 rue d’Estienne d’Orves.